Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RipouxBliqueDesCumulardsVentrusGrosQ

Des millions de délaissés : émoi, aime-moi et moi !

14 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

Des millions de délaissés - émoi, aime-moi et moi !-_177

Il faisait froid... c'était peu avant minuit
Je remontais la rue Mouffetard quand je l'aperçu..
Au pied du mur il était assis
Il leva les yeux et me sourit...
Il a toujours été là, ce sans abri
Mais cette nuit... tous les deux nous fûmes surpris
Par un étrange sentiment de déjà vu
Peut-être l'incongru de nos deux vécus
Je ne l'ai pas connu...il ne m'a pas connu
Mais nous nous sommes reconnus
Comme deux inconnus mis à nu
Parce qu'ils vivent dans la même rue
Entre quatre murs pour l'une
Aux quatre vents pour l'autre
Un instant de toute intensité entre deux existants qui ignorent pourquoi Il en est ainsi et ne peut en être autrement.
La fragilité, la précarité, la pauvreté de notre condition... peut-être ?
J'ai beau être nourrie, logée et chérie
Je ne pus m'empêcher de ressentir
Une certaine proximité avec cet homme sans intimité
s.d.f. comme il dit, et qui incarne à lui tout seul,
Tous mes griefs contre la banalisation de ce mal social
Je me sentie tout aussi abandonnée
Ni pitié, ni empathie
Ce fut comme un éclair de lucidité
J'y voyais soudain plus clair dans cette épaisse obscurité
Et le réel me devint insupportable... inacceptable
Je l'ai invité aussitôt chez moi
Pour y passer la nuit... toutes les nuits.
Il refusa avec un soupçon de majesté
Il eut peur... mais de quoi ?
Il préférait son sort à mon confort...
Et ne voulait l'échanger pour rien au monde...
Parce que cela faisait partie de son odyssée,
De son échappée... belle
De son bras d'honneur au mutisme de son prochain.
Je ne pus m'empêcher de lui poser cyniquement la question :
S'il ne trouvait pas bizarre de me voir insister à ce point
Pour l'embarquer dans mon pied à terre...
Il me répondit sans malice qu'il n'est pas du tout étonné...
Parce qu'il est persuadé d'être... l'homme de ma vie
Je ne sais pourquoi, je fus bouleversée
Comme s'il m'avait révélé... la seule vérité vraie :
"Reconnais-toi toi-même"
Sur le champ, je n'eus, ni cette reconnaissance, ni cette intelligence...
Après, je l'ai regretté comme jamais
Parce qu'il était bel et bien, l'homme de ma vie
Le lendemain, le SAMU a retrouvé un corps gisant par terre
Mort de faim et de froid... c'était lui...
Non... je ne vous raconte pas d'histoire
C'est à moi que je la raconte !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article