Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RipouxBliqueDesCumulardsVentrusGrosQ

LA BLAGUE DU JOUR. Syrie: la tentative désespérée contre Damas de l’administration Obama en fin de règne

22 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

MamAfrika TV | Par Allain Jules

NEW YORK, Etats-Unis – Le mensonge chevillé au corps, la pauvre Samantha Power, ambassadrice américaine à l’ONU, a encore fait son show insipide et dénué de toute logique, hier, aux Nations unies. Par son biais, ridiculement scandaleux, les Etats-Unis ont mis en garde solennellement 12 officiers supérieurs syriens qu’ils devront rendre des comptes pour avoir donné l’ordre d’attaquer des cibles civiles ou de torturer des opposants. On croit rêver. Bien sûr, sans pouvoir apporter la moindre preuve de ses dires. Toujours dans la surenchère, heureusement qu’elle dira bientôt adieu à son poste de colportrice de ragots.

Colportrice de ragots

Aussi indécente que l’ONU, Samantha Power reste droite dans ses bottes et dans sa logique morbide et mortifère contre le gouvernement syrien. Comme toujours, elle attaque le gouvernement syrien et met la pression sur l’ONU pour qu’elle adopte des résolutions condamnant les opérations militaires contre les « rebelles » djihadistes. Dans ses réquisitoires, pence-sans-rire, elle agit comme un robot désarticulé. Tout dans l’idéologie et rien dans la réflexion…

Dans un discours aussi ridicule que pathétique, l’ambassadrice américaine a, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, cité les noms des généraux et colonels qui, selon elle, ont commis des exactions en ordonnant à leurs hommes d’attaquer des civils. En réalité, la mythomane s’est appuyée tout simplement sur l’organigramme de l’Armée arabe syrienne pour étayer sa thèse puérile. Ces hommes commandent des unités de l’armée ou des prisons militaires. La défaite à Alep leur fait tellement peur que, des spécimens comme Samantha Power existeront toujours…

Discours fantasmagorique

« Ils doivent savoir que leurs exactions sont documentées et qu’un jour ils devront rendre des comptes », a-t-elle magistralement, ridiculement et faussement affirmé.

Parmi les noms cités par Mme Power figurent cinq généraux de division, Adib Salameh, Jawdat Salbi Mawas, Tahir Hamid Khalil, Jamil Hassan et Rafiq Shihadeh, ainsi que cinq généraux de brigade et deux colonels.

La surprise vient de la désignation du très populaire officier supérieur Suheil Al-Hassan, comme l’un des militaires en Syrie, responsables des attaques contre les civils. Or, quand on sait ce que l’homme fait sur le terrain, n’attaquant que lorsque la reddittion est refusée, ou encore punissant ses hommes si l’un d’eux est à l’origine d’une exaction, même contre les terroristes, on comprend aisément que Washington est simplement dépassé par les événements et la puissance russo-syrienne.

La lâcheté comme arme fatale

Moscou et Damas ne se sont pas laisser faire: « Où sont les noms des terroristes ? », lui a lancé le représentant permanent adjoint russe à l’ONU M. Vladimir Safronkov. « Ne soyons pas hypocrites », a-t-il ajouté en appelant la mythomane du jour à « se montrer impartiale ». L’incontournable ambassadeur syrien à l’ONU, M. Bachar Al-Jaafari, a parlé de la nécessité de combattre « un embryon d’Etat terroriste », c’est à dire Alep Est.Qui peut croire un seul instant qu’il ment ?

Dans une clownerie que seuls ont le secret, Britanniques, Français et Américains, leurs ambassadeurs, américain, Samantha Power, français, François Delattre, et britannique, Matthew Rycroft, ont quitté la salle la queue entre les jambes en « signe de protestation » au moment où commençait à parler M. Bachar Al-Jaafari. Voilà donc des gens qui veulent s’exprimer seuls, et refusent d’écouter les autres.

http://www.mamafrika.tv/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article