Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ

Les pro-Hollande en pleine perdition

21 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

hollandebashing

Un texte de soutien au président de la République, signé par de nombreux artistes et personnalités et publié dans le JDD, dévoile un peu plus l’état de déconnexion profonde des défenseurs du quinquennat.

« Stop au Hollande-bashing ! » Tel est le nom d’une tribune que de nombreuses personnalités et artistes de renom ont signé dans le Journal du dimanche. « Dès le départ, François Hollande a fait face à un incroyable procès en illégitimité. Ce dénigrement permanent met à mal toutes les institutions de la République et la fonction présidentielle. Il perdure aujourd’hui malgré la stature d’homme d’Etat que François Hollande a parfaitement incarnée », écrivent-ils sans mesure. Comme si les institutions n’allaient pas mal depuis des années, comme si François Hollande n’avait pas lui-même poursuivi leur dénigrement à coup de 49-3…

Dans un incroyable plaidoyer pour le président, sans doute aussi aveugle que la version du bashing qu’ils entendent dénoncer, les signataires déplorent que n’ait jamais été retenu « tout ce qui a été accompli ». S’en suit une longue liste pas loin d’être béate : « les créations de postes dans l’Education nationale, l’alignement du traitement des instituteurs sur celui des professeurs, l’augmentation du nombre de policiers et de magistrats, les emplois d’avenir, la garantie jeunes, le soutien à l’apprentissage, le compte personnel de formation, le compte pénibilité, la complémentaire santé pour tous, la généralisation du tiers payant, la prime d’activité, la retraite à 60 ans pour les carrières longues, la refondation de l’école, les droits rechargeables à l’assurance –chômage, le mariage pour tous, la sanctuarisation du budget de la culture, le renforcement de l’égalité professionnelle hommes-femmes, l’extension de la parité dans les conseils départementaux, le remboursement complet de l’IVG et de la contraception, une meilleure protection des femmes contre le harcèlement sexuel, la mise en œuvre concrète de la transition énergétique, le non-cumul des mandats, etc., etc. »

Alléluia. Certes, il convient de regarder le bilan de François Hollande dans son intégralité, et de souligner là où des progrès ont été accomplis –quitte dans le cas présent à enjoliver au-delà du raisonnable et à commettre des erreurs factuelles. Mais pourquoi ignorer sciemment et rejeter d’un revers de main la très longue, l’immense liste des reniements et des trahisons du président de la République ? Quid du CICE, de l’état d’urgence permanent, de l’odieuse loi renseignement, du projet de déchéance de nationalité, de la modification des règles de la campagne présidentielle, de la loi travail, pour ne citer que ces exemples significatifs sans se livrer un à cruel inventaire ? Pourquoi fermer les yeux sur ce qui a durablement entamé l’image d’un président élu sur un désir de gauche, qui a fracturé son camp, méprisé ses électeurs, son parti et sa propre majorité au parlement ?

Hollande désespère « les plus fragiles comme les plus modernes » selon Christian Paul

Il faudrait croire, à en lire les signataires de cette tribune, que le Hollande-bashing est la cause, l’origine des problèmes d’image du président, et non la conséquence de son action. C’est que tout va bien semble-t-il. « Ajoutons un déficit public passé de 5,1% en 2011 à 3,5% en 2015, plus de compétitivité, et plus de marges pour les entreprises pour favoriser les embauches, plus de pouvoirs d’achat pour les ménages, moins d’impôts et enfin la diminution amorcée du chômage », ajoutent les signataires. Dans ces lignes, qui ne survivent pas à l’épreuve des faits, se cache pourtant un élément sur lequel les soutiens du président ont raison. Le procès en illégitimité entrepris par la droite contre Hollande est effectivement très injuste. Certes, François Hollande n’est pas à mettre exactement au même plan qu’Alain Juppé ou François Fillon, mais il fait largement le jeu des néolibéraux, des antisociaux, des néo-réactionnaires en ouvrant grand la porte à leurs thèses et en les légitimant.

Comment des artistes aussi talentueux que Catherine Deneuve, Benjamin Biolay, Juliette Binoche, Denis Podalydès, Jean-Michel Ribes, Raymond Depardon, pour ne citer qu’eux, ne se rendent-ils pas compte que leur soutien à Hollande, dans sa forme et son fond, ressemble funestement à celui des célébrités d’Hollywood qui ont supporté sans effet Hillary Clinton, renforçant un effet hors-sol, coupé des inquiétudes et des sentiments populaires ? Sans doute veulent-ils éviter le pire, mais le pire est paradoxalement encouragé en partie au plus profond de ce qu’ils défendent. Les laissés pour compte ne le pardonneront pas de sitôt. Comment ne pas voir que l’action d’Hollande désespère « les plus fragiles comme les plus modernes », selon l’expression du député socialiste Christian Paul ? Toute défense binaire du quinquennat de François Hollande, même face au péril d’une extrême droite et d’une droite dure, ne fera qu’accélérer la chute.

Photo AFP
Aurélien Soucheyre
Article tiré de l’Humanité  le 21 novembre 2016

https://fdg-info13.com

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article