LIBYE : TAKIEDDINE ENTENDU PAR LA POLICE Par Manuel Vicuña

Publié le par S. Sellami

Ziad Takieddine, entendu par la police? C’est ce qu’annoncent aujourd’hui l'agence Reuters et Le Monde, après les lourdes accusations portées par Takieddine détaillant des remises d'argent libyen à Nicolas Sarkozy avant la présidentielle de 2007. C'est non pas sous le régime de la garde à vue (comme l'avait d'abord annoncé Reuters) mais bien en tant que suspect libre que l’homme d’affaires franco-libanais aurait été auditionné par les enquêteurs après ses propos accusateurs publiés par le site Mediapart hier. Si Reuters croit savoir que cette audition a eu lieu ce mercredi, Le Monde affirme pour sa part que c'est mardi soir que Takieddine a été entendu par la police."Il aurait confirmé les remises d’argent liquide mais se serait montré confus sur les raisons de celles-ci. Il devait être à nouveau auditionné ce jeudi",écrivent les journalistes du Monde Simon Piel et Joan Tilouine.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

L'audition de Takieddine intervient dans la foulée de la publication hier par Mediapart d’une interview hautement explosive du sulfureux intermédiaire. Ce mardi le site d’information publiait en effet, comme nous le relations hier, un entretien filmé dans lequel Takieddine affirme avoir personnellement livré entre novembre 2006 et janvier 2007, trois valises d’argent liquide à Sarkozy alors ministre de l’Intérieur et à son directeur de cabinet Claude Guéant. Des mallettes contenant au total 5 millions d’euros en provenance de Tripoli, affirme-t-il.

Des déclarations retentissantes qui mettent directement en cause l’ex-chef de l’Etat dans l’enquête sur un potentiel financement libyen de la campagne électorale de 2007. Certes Takieddine avait déjà, par le passé, laissé planer pareils soupçons sur le financement de la campagne de Sarkozy, mais c’est la première fois que cet acteur clef du dossier libyen formule des accusations si explicites et détaillées dans lesquelles il affirme avoir pris part, lui-même, à des livraisons d’argent pour le financement de la campagne de Sarkozy. Des accusations lourdes aussitôt démenties par l'ancien chef de l'Etat et par son ex-directeur de campagne Guéant dont les avocats ont annoncé hier des poursuites en diffamation.

PAS UN MOT DANS LE JT DE FRANCE 2

Voilà en tout cas qui soulève bien des questions. A commencer par celle de la crédibilité de ce personnage clé de l’affaire. Un personnage pour le moins trouble, comme le rappelle Le Monde dans un article paru ce mercredi et intitulé "Financement libyen: la nouvelle «bombe» de Ziad Takkiedine, témoin à la crédibilité contestée."

 


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Celui qui fut dans les coulisses de la vente d’armement de la France à des pays arabes et ex-architecte du rapprochement franco-libyen, "s’est retrouvé au cœur des derniers scandales de la République française" rappelle Le Monde. Mis en examen dans le volet financier de l’affaire Karachi, Takieddine avait reconnu en juin 2013 lors d'une audition avoir financé la campagne d’Édouard Balladur de 1995 via des rétrocommissions issues des contrats d'armement avec l'Arabie saoudite et le Pakistan. Dans ce volet de l’affaire Karachi dans lequel il est mis en cause, la cour d’appel de Lyon devrait rendre son délibéré le 17 janvier 2017. Surtout, sur la question du financement libyen, Le Monde rappelle que "souvent Takieddine a varié, fragilisant ses accusations jusque-là dépourvues de preuves." Mais cette fois-ci, les nouvelles déclarations de Takieddine à Mediapart ont une résonnance particulière. Elle viennent corroborer les propos de l’ex-chef du renseignement libyen, Abdallah Senoussi formulés dans le cadre d’une procédure secrète devant la cour pénale internationale (CPI) et dont Mediapart a révélé la teneur le 7 novembre.


> Cliquez sur l'image pour un gros plan <

Pour explosives qu'elles soient, les accusations de Takieddine n'ont visiblement pas retenu l'attention des journaux télévisés. Au soir des révélations, Gilles Bouleau n'y consacrait qu'une vingtaine de secondes dans son journal de 20h sur TF1. Quant à France 2, ce mardi, qui consacrait la moitié de son JT (16 minutes sur 33) et pas moins de huit sujets à Emmanuel Macron, la chaîne n'a tout simplement pas évoqué le sujet.

Mise à jour à 22h30 : les éléments du Monde concernant l'audition de Ziad Takieddine après son entretien filmé accordé à Mediapart.

http://www.arretsurimages.net/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article