Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RipouxBliqueDesCumulardsVentrusGrosQ

La star est le Tsar !

31 Décembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

Poutine rayonne ou fonctionne comme un héros de roman. Un roman de Dostoïevski... Il a quelque chose de Stavroguine.
Ni possédé, ni dépossédé, il est possesseur né.
Il se possède. C'est inné. Il ne peut pas être en proie aux démons, parce qu'il est à lui-même son propre démon. Son génie lui suffit pour imposer sa vie et son avis.

Russe, il sert les Russes. Avec lui la Russie redevient l'héroïne qu'elle fut, à l'affût de tout ce qui veut l'empêcher d'être ce qu'elle est : la patrie de Poutine. La star et le tsar. L'homme au regard qui tue.
Avec lui, les mots retrouvent leur sens originel et original : patrie, nation et soumission. Et les hommes retrouvent leur appétit d'antan pour servir leur pays avant d'être servis.

En Russie, ce ne sont pas les idées qui règnent mais les idéaux...
Les idéaux ne sont pas inscrits dans un ciel ouvert, mais incrustés dans la chair. Ce sont des valeurs incarnées et non fantasmées.
Poutine n'incite pas les Russes à devenir plus forts, toujours plus forts... il leur dit tout simplement : soyez forts. Sous-entendu qu'ils le sont déjà.
Les autres ont besoin de confirmer. Le Russe se contente d'affirmer deux choses : son identité et sa volonté. C'est toute l'âme russe. Forte, elle n'a pas besoin de forcer. Décidée, elle n'a pas besoin de délibérer. Libérée, elle n'a pas besoin de liberté.

C'est le plus beau clin d'œil que puisse faire Poutine à Lénine.
Pour les deux, Thémis et Métis sont inséparable comme la Justice et la Ruse. Privilège de deux stratèges : ils ne sont peut-être pas plus forts que le voisin, mais assurément plus malins.

Parce que mal, il y a. le mal est là. Et il n'est ni physique, ni métaphysique mais politique.
L'autre ne peut exister sans te marcher dessus. Pour l'en empêcher, tu dois être le premier à le faire.
Ça apaise et met fin à la guerre. C'est bien de se défendre. C'est encore mieux de ne pas être offensé.

Il faut commencer par laisser la morale de côté. Ne pas se focaliser sur ce qui sépare le bien du mal, le juste de l'injuste, le vrai du faux... mais se concentrer sur une autre ligne de démarcation : entre forts et faibles, riches et pauvres, exploitants et exploités. Le droit international n'ayant aucune espèce d'importance.

C'est Poutine qui décide de fixer les règles de ce jeu d'influence. Et à ce titre, c'est lui, le nouveau maître. Même ceux qui ont du mal à l'admettre, finissent par s'y soumettre.
C'est lui qui a rendu la Syrie à ses syriens à lui.
C'est lui qu'on accuse aujourd'hui d'avoir vicié le processus démocratique de l'Amérique par un piratage informatique. C'est pathétique !
Il a paraît-il favorisé son américain à lui et faussé l'élection du Président de la première puissance du monde.
C'est une cyber-attaque qui est à l'origine de la crise cardiaque de tous les démocrates.
Ce ne sera pas Clinton mais Trump. Échec et mat !

Si c'est le cas, je vous laisse savourer l'immense pouvoir de Poutine. Sa victoire.
Si ce n'est pas le cas, je vous laisse savourer l'immense aveu d'impuissance des états unis d'Amérique. Leur défaite.

la-star-est-le-tsar/ Bien joué Poutine !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article