Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RipouxBlique des CumulardsVentrusGrosQ

GRANDE GUEULE, PETIT JOUEUR

3 Janvier 2017 , Rédigé par S. Sellami

Pathétique : Marwan Muhammad a tenté d’effacer son soutien passé à Panamza

Soumis-sion. Le 2 janvier, le directeur du Collectif contre l'islamophobie en France a reconnu avoir fait censurer le passage d'un entretien de 2014 dans lequel il faisait l'éloge du site Panamza.

Le 02.01.2017 à 22h19

La "fachosphère" peut dorénavant se féliciter d'avoir habilement démasqué le patron du CCIF.

Samedi 31 décembre, Kerima Mendes et "Sofia Chartier", utilisatrices de Twitter liées à l'extrême droite sioniste et islamophobe, ont attaqué l'influent MarwanMuhammad.

Mené par Pierre Sautarel (cet ex-militant FN bravache derrière son écran mais intimidé en justice par le millionnaire Pierre Bergé), le site Fdesouche n'a pas manqué de relayer l'affaire. Titre putassier du billet : "Complotisme : Une interview dans laquelle Marwan Muhammad (CCIF) fait l’apologie de Panamza caviardée".

En cause : un commentaire de Muhammad extrait du site belge Alohanews, publié en avril 2014 et relatif à Panamza.

Voici la question-réponse : 

alohanewsitw

À la date du 28 décembre 2016, ce passage figurait encore sur la page de l'article d'Alohanews.

Deux jours plus tard, surprise, surprise : l'extrait concernant Panamza avait disparu -sans explication- de la page actuelle.

Incroyable mais vrai : dans la grande tradition de l'Union soviétique, le site Alohanews a purement et simplement censuré -deux ans et demi après sa publication (en date du 2 avril 2014)- une partie de son interview.

 

alohanews

Intrigué, j'ai contacté -au soir du dimanche 1er janvier et via Twitter- son interviewer et rédacteur en chef d'Alohanews : Nikita Imambajev.

 

muhammad-imambajev

Actif sur son compte Twitter ce lundi 2 janvier, le jeune homme -qui se présente comme "journaliste"- n'a pas daigné répondre.

Afin de démêler le vrai du faux, j'ai donc sollicité l'avis du principal intéressé : Marwan Muhammad. Voici l'intégralité de sa réponse : 

 

mm1mm2

Vous avez bien lu : Muhammad reconnaît être intervenu auprès d'Alohanews pour faire supprimer un passage -remontant à avril 2014- dans lequel il se contentait de saluer la rigueur du journalisme d'investigation de Panamza.

Pourquoi une telle attitude, minable sur la forme et dénuée de tout argumentaire sérieux?

Plusieurs pistes d'explication peuvent être esquissées :

* Le cas Clavreul : le 7 décembre 2016, Gilles Clavreul, patron ultra-fourestien de la Dilcra et porte-parole baratineur de Manuel Valls, a fait allusion –via Facebook– à ce commentaire de Muhammad.

* Le cas Bellatar : le 27 septembre 2016, Panamza avait exposé la connexion de "l'humoriste" Yassine Belattar, animateur du gala 2015 du CCIF, avec le sioniste islamophobe Julien Dray. À noter : lors de ce gala BCBG qui avaithonoré -uniquement pour son port du voile et non son travail- la jeune journaliste américaine Noor Tagouri (qui pose également dans Playboy, célèbre magazine érotique et sexiste du pro-israélien Hugh Hefner…) étaient présentsPascal Boniface, Nabil EnnasriRokhaya Diallo et Hosni Maati.

* Le cas Razy : le 19 octobre 2016, Panamza avait exposé la connexion de "l'humoriste" Kevin Razy, participant d'un clip de soutien au CCIF etcollaborateur rémunéré du gouvernement Valls, avec la mouvance ultra-sioniste de l'UEJF.

* Le cas Kimouche camarade intime de Muhammad, Fateh Kimouche, gérant du blog Al-Kanz, avait été ridiculisé par un article de Panamza –datant du 28 juin 2014– qui soulignait sa promotion de Patrick Drahi, milliardaire franco-israélien, militant "sioniste" autoproclamé et vendeur d’une offre SFR spéciale Ramadan.

* Le cas Askolovitch : "pote" déclaré de Muhammad, l'ultra-sioniste et neo-muslim-friendly Claude Askolovitch avait fait l'objet d'un croustillant décortiquage sur Panamza en 2013.

* Le cas Soros : voici ce que rapportait –en septembre 2014– Panamza à propos de George Soros, milliardaire controversé, défendu en justice par un avocat lié à l'armée israélienne, marchand d'armes, détenteur secret de comptes offshore et mécène embarrassant -en 2012/14 et probablement en 2017– du CCIF.

George Soros, un milliardaire dont la fortune s'est accrue à la faveur de l'invasion anglo-américaine de l'Irak : il est l'un des artisans du groupe Carlyle, puissante société de gestion d'actifs liée au complexe militaro-industriel des États-Unis.

Soros est également à l'origine de la fondation d'un think-tank devenu relais idéologique de l'OTAN et dénommé International Crisis Group. Son vice-présidentGhassan Salamé. Présent dans le comité exécutif pour garder un oeil sur sa création : George Soros.

Soros.

L'incarnation du capitaliste prédateur, antisocial et antireligieux pour financer l'autopromotion de l'islamique CCIF et -surtout?- de son patron médiatique qui aspire à devenir le nouveau Tariq Ramadan?

Nulle surprise, dès lors, qu'avec de tels acoquinements, Muhammad puisse renier ses déclarations passées.

Sa stupéfiante action commise dans l'ombre -censurer en douce le passage d'une interview avec la complicité honteuse du responsable d'Alohanews- ne constitue pas véritablement une surprise.

Depuis la phase des attentats (Charlie13-NovembreNice), Panamza a traité d'un sujet totalement tabou pour la "gauche CCIF bon chic bon genre": l'instrumentalisation éventuelle des réseaux terroristes par des forces étatiques occidentales. Dans cette mouvance dite solidaire des musulmans victimes de discrimination, ceux qui, avant janvier 2015, osaient encore citer -voire recommander- Panamza font désormais profil bas. Leur plus grande angoisse : être associé au site et se faire taxer de "complotiste"

L'ironie est savoureuse : ce sont exactement les mêmes acteurs du CCIF et leurs alliés politico-intello-associatifs qui se sont targués d'affronter le gouvernement Valls ou la nébuleuse ultra-sioniste.

Dans les faits, en intégrant mentalement l'injonction tacite à ne pas remettre en question la version officielle des actes terroristes "islamistes" commis depuis le 11-Septembre, ces prétendus esprits critiques se sont en réalité totalement soumis aux ennemis qu'ils affirment combattre. 

Une vaste et collective imposture, drapée dans le narcissisme d'une posture héroïque de pacotille.

HICHAM HAMZA

http://www.panamza.com/

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article