Eric Fassin. Violences Policieres : Un rappel à l’ordre de la domination

Publié le par S. Sellami

 

 

Jeudi 2 février 2017, Théo, un jeune homme noir de 22 ans, fait l’objet d’un contrôle de police, par quatre policiers dans la cité des 3.000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Il est violé puis transporté au commissariat, puis à l’hôpital. Le 5 février, l’un des policiers est mis en examen pour viol, ses trois collègues pour violences volontaires en réunion.  Dans son rapport l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) fait l’hypothèse, d’un « accident ». Lundi 13 février, on apprend que le commissaire de police d’Aulnay-Sous-Bois, avait été condamné, en 2008, à un an de prison avec sursis et un an d’interdiction d’exercer pour non-empêchement d’un délit. Trois autres policiers avaient été condamnés dans la même affaire pour violences volontaires, et l’un pour destruction de la vidéo de l’intervention policière. Mardi 14 février, le parquet de Bobigny annonce, l’ouverture d’une enquête préliminaire après de nouvelles accusations de violence visant l’un des policiers mis en examen dans l’affaire Théo.

Depuis l’agression les manifestations se succèdent partout en France. Elles demandent justice, la fin de l’impunité de la police, elles dénoncent les violences policières quotidiennes. Elles appellent à ne pas considérer cette nouvelle agression comme une bavure, une exception, mais une pratique liée à une politique.

Avec le sociologue Eric Fassin, nous tenterons de comprendre comment et pourquoi les violences policières sous-tendent une politique qui les encourage. Comment et pourquoi elles contribuent à une politique de racialisation de la société. Et enfin les enjeux que font peser sur les luttes contre les violences sexuelles, le procès à venir et la qualification de « viol par accident » proposée par Inspection Générale de la Police Nationale.

Entretien : Emmanuel Moreira

17 juin 2007
Lamine Dieng, mort dans un fourgon de police à Paris
9 mai 2008.
Abdelhakim Ajimi, mort par étouffement à Grasse après avoir été maîtrisé par des policiers lors de son arrestation.
27 septembre 2009
Hakim Djelassi, mort au cours d’un transport dans un fourgon de police
12 novembre 2009
Mohamed Boukrourou, mort dans un fourgon de police
21 avril 2012
Amine Bentounsi mort d’une balle dans le dos
3 novembre 2013
Loïc Louise, mort après avoir reçu une décharge de Taser.
2 novembre 2014
Rémy Fraisse, mort après avoir reçu une grenade de la gendarmerie.
nuit du 5 au 6 mars 2015
Amadou Koumé, mort dans un commissariat du Xe arrondissement, à Paris
28 avril 2016
Pierre Cayet, mort dans un commissariat de seine st denis
19 juillet 2016
Adama Traoré, mort à la gendarmerie de Persan, à la suite de son interpellation

Lien > urgence notre police assassine

http://laviemanifeste.com/archives/11319

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article