Libérez-vous du libéralisme !

Publié le par S. Sellami

Le communisme n'a pas réussi à appauvrir les riches
Le capitalisme n'a pas réussi à enrichir les pauvres...
Depuis, les deux envieux ennemis sont devenus amis.
Ils se sont réconciliés avec eux-mêmes et avec la réalité des faits
C'est ainsi qu'on a vu paraître le libéralisme
Le logis des sans logis, l'idéologie des sans idéologie.
La maison sans raison, la religion sans dieu
Le libéralisme a réussi à appauvrir les pauvres
À les vider de leur sang, de leur sens !
En leur offrant juste un mensonge comme clé des songes
Cette clé c'est ce qu'on appelle : La Liberté
Celle de l'aliéné mental, enfermé dans son pré carré
Qui se sent libre sous prétexte qu'il n'est pas surveillé
Il a le droit de circuler et ne voit pas qu'il est encerclé.
Sa liberté n'est qu'un cercle carré
Autrement dit, une impossibilité
Nous sommes libres :
une posture qui équivaut à une imposture
Libres de nous tuer, de nous prostituer
Mais nous ne pouvons le faire
sans nous entretuer,
Sans tuer cette liberté.
Vous l'avez sans doute remarqué
Depuis que tout est redevenu possible, plus rien ne l'est.
Boire, manger, respirer... Tout est empoisonné...
Tout ce qui nous reste de libre représente un danger
Nous sommes condamnés à la casse
Condamnés à faire face à la menace
Des dérèglements climatiques et politiques
Nous sommes libres donc à la merci
Des intempéries et de la folie des hommes
Paradoxe économique :
On ne peut pas s'enrichir sans s'appauvrir mutuellement.
Le libéralisme n'est rien d'autre
que l'appauvrissement des pauvres...
Avec des idées qui n'ont aucune prise sur le temps,
sur les matières grises.
Avec une réalité arithmétique sans surprise :
1 + 1 = rien
Un bien qui ne rime à rien...
Excepté dans les associations de malfaiteurs
Il n'y a même plus de cerveau
Pour dire où ça va et ce que ça vaut...
Le soleil, la lune et tous nos rêves dans le même caniveau
Combien ça coute de vivre ? La peau
Ce n'est pas cher de mourir, c'est donné par le hasard ou les bâtards.
Le libéralisme n'a pas d'idées,
seulement des billets pour vous déshabiller,
demander votre numéro de compte
ou le nom de votre banque.

Non... je n'ai pas de compte, pas de rente, pas de banque...
Ni Kalachnikov, ni tank !
Je ne veux pas de votre liberté, ni de vos pièces d'identité.
Je ne crois pas à votre sécurité sociale... ni à vos liens de solidarité
Votre aide, je n'en veux... pour rien au monde
Ni sécu, ni pq, ni rsa
Qui vous autorisent en toute mauvaise foi
D'appauvrir encore plus pauvres que moi.
Vous voulez que je vous dise ?
Le libéralisme est le plus court chemin vers le terrorisme
Je me dis que quitte à jouer à se faire peur
Autant jouer avec le feu
Et c'est ce qu'ils vous font
Tête de nœuds !
Vous qui êtes nombreux
Innommables et innombrables
Libérez-vous du libéralisme...

https:// lejournaldepersonne.com

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article