Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
RipouxBliqueDesCumulardsVentrusGrosQ

Premières journées du théâtre à Sétif : “Messaib Edahr” séduit le public

24 Février 2017 , Rédigé par S. Sellami

Juste hommage que celui qui a été rendu à tous ceux qui forgé les traditions du quatrième art dans les années quarante et plus prés de nous encore, Hassen Belkhired, Ahmed Benmaiza dans des œuvres qui traitaient déjà de sujets de feu, dans un monde vivant de profond  bouleversement et de Mai 1945 précurseur de notre glorieuse révolution de novembre. Hassen Belkhired, avec son œuvre historique «  Massaib Edahr »( les drames de la vie), une pièce en 4 actes par laquelle écrivait Mokhtar Chaalal « l’auteur étalait aux yeux frappés de cécité, des consciences énormes, la misère et le dénuement des Algériens, ainsi que le sentiment profond de révolte qui les animait… » .
Il mettait aussi franc sur les planches, la contribution du théatre à la prise de conscience nationale en réalisant « Ahna oua el Kilab Sawa » et ne ménagera alors aucun effort pour faire du quatrième art, l’art de la volonté et de la détermination.
Ahmed Benmaiza, le second chef scout,imprégné des idées de rachid Ksentini n’en fit pas moins à cette période, avec une œuvre extraordinaire « les aventuriers » traitant déjà du sort de nos émigrés. avant que Ahmed Yousfi et Amina Rezk, stars du cinéma et du théâtre Egyptien, ne se produisent dans les années 50 dans la cité de Ain El Fouara.

C’est pour secouer de leurs cendres tous ces beaux acquis, pour entretenir la mémoire mais aussi faire que ces merveilleuses traditions émergent de nouveau et trouvent leur juste place dans le contexte de la dynamique culturelle , qu’ont été ouvertes dans la soirée de mardi et à l’occasion de la journée nationale de l’artiste, les journées du théâtre. Organisée par le comité des fêtes de l’APC de Sétif  sous le thème du «  theatre au service de l’humanité » ces journées qui se déroulent sur la grandes scene de la salle du parc d’attractions et celle du théâtre, regrouperont  jusqu’au 15 de ce mois, 9 formations émanant de Chlef, Tipasa, les Issers, Laghouat, Sétif, Boumerdes, Mascara, Constantine et Bordj bou-Arreridj.
Pour la première qui s’est tenue sur les planches de la grande salle du parc d’attraction, l’Association du théâtre de Chlef est parvenue à réaliser un véritable tabac avec sa pièce « le sénateur et ses invités » étalant au grand jour toutes les contradictions de notre société et l’impact de cette décennie noire qui a tenté de déchirer par ses affres, bien des valeurs saines de notre peuple. Une œuvre d’actualité au cours de laquelle, le réalisateur Abdelhamid Belkhodja, qui a mis à nu, durant plus de 2 heures les effets de cette décennie noire, qu’il vivait dans chacun de ses tableaux et du profond de lui-même en tant qu’enfant d’une région qui dira t’il, n’a pas été épargnée par ce sort tragique. Dans cet environnement satirique qu’il faisait émerger pour faire oublier ces flots de sang par le verbe de l’espoir, ce jeune réalisateur est indéniablement à créditer d’une prestation à la mesure du sujet d’actualité qu’il a su développer, lui, Amel, Faouzi, Djamel el Hadj et Ali, 2 heures durant sur les planches de cette grande salle.Avec autant de formations, déjà connues par leur palmarès éloquent, les premieres journées du Théâtre seront sans nul doute à la mesure des attentes des adeptes du 4e art.

F.Z.

http://www.elmoudjahid.com

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article