RUSSIE. Moscou renvoie 755 diplomates américains : «Nous ne laissons aucun acte sans réponse», prévient Poutine

Publié le par S. Sellami

MamAfrika TV l Par RT

La Russie a décidé de réduire drastiquement le personnel diplomatique américain sur son sol en réaction aux nouvelles sanctions américaines contre Moscou. Vladimir Poutine estime que d’éventuels changements positifs ne sont «pas pour bientôt».

Alors que le président russe Vladimir Poutine a ordonné le renvoi de 755 diplomates américains se trouvant sur son sol ainsi que la saisie de plusieurs résidences diplomatiques, il a estimé que des changements positifs dans les relations avec Washington n’étaient «pas pour bientôt», lors d’une interview sur la chaîne russe Vesti TV. Ces mesures interviennent en réaction aux nouvelles sanctions américaines prises contre Moscou par la Chambre des représentants et le Sénat américains.

Selon Vladimir Poutine, la Russie a déjà attendu assez longtemps dans l’espoir de voir la situation s’améliorer. Faute d’apaisement, Moscou affiche donc la ferme intention de ne laisser «aucun acte américain sans réponse».

«Les Américains ont pris une décision qui, il est crucial de le souligner, n’a été provoquée par rien, avec comme conséquence une dégradation des relations entre la Russie et les Etats-Unis», a par ailleurs noté Vladimir Poutine. Rappelant que ces sanctions contrevenaient selon la Russie au droit international, comme l’ont d’ailleurs affirmé plusieurs Etats parmi lesquels la France, il a invité les «pays désireux de développer leurs relations» avec la Russie à ne pas se laisser influencer par la décision américaine.

En dépit des réticences du président Donald Trump, les sénateurs américains ont voté le 27 juillet à une très large majorité en faveur de nouvelles sanctions contre la Russie, mais aussi l’Iran et la Corée du Nord, deux jours après le vote favorable de la Chambre des représentants.

Le volet du texte sur la Russie, destiné à sanctionner Moscou pour ses ingérences supposées dans la campagne présidentielle américaine de 2016, a suscité des résistances de la part du locataire de la Maison Blanche. Le texte prévoit en effet un mécanisme inédit qui déplaît au chef d’Etat américain : les parlementaires prévoient de s’arroger le droit de s’interposer si jamais le président américain décidait de suspendre des sanctions existantes contre la Russie.

Source :  http://www.mamafrika.tv/