La tournante immobilière

Publié le par S. Sellami

Ma tante Lucette

Vient de fêter ses 77 printemps

C'est son moral qui part en sucette... ma pauvre Lucette

Elle bénéficiait depuis fort longtemps d'une habitation à loyer modéré au cœur de la Villette.

Un appartement auquel elle est un peu trop attachée...

Elle y vit seule depuis qu'elle a perdu son défunt mari Jean-Luc qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Mélenchon.

Ni plus bête, ni plus méchant. Il ne voulait pas qu'on l'appelle tonton.

Pour tante Lucette, le temps n'est pas aux oubliettes :

Elle a tout conservé, y compris ses égratignures sur les murs qu'il a lui-même tapissé et qui sont aujourd'hui décorés uniquement avec ses portraits.

Et voilà que les lieutenants de Macron viennent lui signifier aujourd'hui, au nom de je ne sais quel traité de solidarité, de changer de logement, de renoncer à son trois pièces pour une pièce seulement... un studio, estime-t-on en haut lieu, est amplement suffisant pour une personne isolée, esseulée ou désolée.

Ce n'est que justice, lui dit un officier de police qu'elle a consulté au pied levé.

C'est ce qu'on appelle un turnover!

La tournante immobilière pour rentabiliser ou optimiser chaque centimètre carré.

Son appartement servira à une famille nombreuse, en guise d'échanges de bons procédés.

 

Pauvre Lucette, à son âge, elle aura le plus grand mal à faire la girouette...

Mais l'État s'en moque... de ses tics, de ses tocs...Il n'en a que faire de ses affections. L'action seule lui importe : pour que les parties se réalisent, il faut que le tout se volatilise!

Tante Lucette ne survivra pas... elle ne déménagera qu'avec les pieds devant... mais qu'importe son suicide... pourvu que ce soit fluide...

Tonton Jean-Luc doit se retourner dans sa tombe pour faire un peu de place à tante Lucette...

Quelle tragédie ! C'est Ophélie et Hamlet :

L'admettre ou ne pas l'admettre, telle n'est plus la question !

C'est ce qu'on appelle un turnover!

 https://www.lejournaldepersonne.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article