Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
RipouxBliqueDesCumulardsVentrusGrosQ

"Déchet pédérastique", "sodomite"... Ce cadre gay du FN raconte l'envers du décor

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

Secrétaire général du Collectif Marianne et proche de la ligne de Florian Philippot, Guillaume Laroze quitte le FN écoeuré.

 30/11/2016 
AFP
Traité de "déchet pédérastique", Guillaume Laroze explique pourquoi il quitte le Front national.

FRONT NATIONAL - C'est une lettre pleine d'amertume qu'a publiée ce mercredi 30 novembre sur les réseaux sociaux Guillaume Laroze, jeune cadre Front national et secrétaire général du Collectif Marianne, mouvement chargé de diffuser les idées frontistes dans les réseaux étudiants. "Le cœur plein de regrets", le jeune homme annonce qu'il claque la porte du FN, qu'il avait rejoint par "patriotisme". S'il tourne aujourd'hui les talons, c'est parce qu'il dit avoir "découvert au fil du temps le goût amer de la désillusion".

 

"Souverainiste mais de gauche", Guillaume Laroze assume avoir adhéré, "séduit par le discours, les positions et la hauteur de Florian Philippot". Mais l'impossible cohabitation du courant incarné par l'ancien énarque chevènementiste avec la ligne traditionnelle du FN a fait du parti "une cocotte minute sur le point d'exploser", estime-t-il.

 

Guillaume Laroze confirme dans sa lettre les dissensions qui minent la formation d'extrême droite, partagée entre une ligne sociale et souverainiste incarnée par Florian Philippot, et le FN "canal historique" ultra-conservateur et libéral incarné par Marion Maréchal Le Pen depuis l'éviction de son grand-père.

 

"J'ai assumé ma sensibilité, progressiste et sociale. Mais s'il est aisé d'être conservateur et militant de la 'Manif pour tous' au Front National, il l'est beaucoup moins d'être favorable au 'Mariage pour tous' et d'adopter un ton mesuré sur certaines questions", écrit-il avant d'énumérer les insultes dont il a fait l'objet.

 
On m'a traité de 'gauchiste islamisé infiltré' (sic), de 'parasite LGBT', de 'déchet pédérastique' (ou sa charmante variante 'sodomite'), j'en passe"

Plus loin, Guillaume Laroze esquisse les limites de la stratégie de dédiabolisation adoptée par le Front national. "Traduction : cachez ces horreurs que nous ne saurions voir, il faut d'une part garder la droite réactionnaire dans la poche, et d'autre part continuer à polir l'image. Une fois, ça passe. Toutes les semaines, ça fracasse", écrit-il, prenant soin de préciser que le FN voulu par Marine Le Pen n'est pas un parti homophobe.

"Le Front est devenu un parti du Système"

Mais s'il a choisi de partir, c'est parce qu'il ne peut plus supporter "l'amnistie systématique de certains dérapages ou les œillères à ce sujet".

Le jeune homme en veut pour preuve la mutation entreprise par le Front national, qui renie selon lui le discours anti-système qu'il revendique. "Dire tout et son contraire pour ratisser large. Refuser de se fixer, de choisir entre l'ultra-conservatisme et le progressisme. Omerta sur les sujets sociétaux (...) Et tous ces gens prêts à tout pour un poste... Le Front est devenu un parti du Système", assène-t-il.

Et Guillaume Laroze de conclure: "On m'a fait comprendre, parfois violemment, que je n'avais pas ma place chez les 'patriotes'. J'en prends acte".                                                                                                                        

 
 
6 h

C’est le cœur plein de regrets que j’ai décidé de quitter le Front National, et de démissionner de mon poste de Secrétaire Général du Collectif Marianne.

Il y a plus d’un an, je rejoignais Marine Le Pen, séduit par l’idée d’un grand rassemblement des souverainistes, de gauche comme de droite, unis autour d’une colonne vertébrale idéologique solide : le patriotisme. J’y croyais. J’ai vibré. Je me suis investi. J’ai milité. J’ai tracté. J’ai travaillé. J’ai donné. J’ai sacrifié. J’ai dégusté. 
Et j’ai découvert au fil du temps le goût amer de la désillusion.

J’ai assumé ma sensibilité, progressiste et sociale. Mais s’il est aisé d’être conservateur et militant de la « Manif pour tous » au Front National, il l’est beaucoup moins d’être favorable au Mariage pour tous et d’adopter un ton mesuré sur certaines questions. 
On m’a traité de « gauchiste islamisé infiltré » (sic), de « parasite LGBT », de « déchet pédérastique » (ou sa charmante variante « sodomite »), j’en passe. Qu’il y ait des idiots dans la sphère du Front National, c’est le cas partout. Ce qui est beaucoup plus difficile à digérer, ce sont les bons conseils de ceux qui sont censés être de son côté au sein de la si divisée « famille politique ». Et ce fameux « fais le dos rond, ne fais pas de vague, ignore-les, il ne faut pas fragiliser l’unité ». Traduction : cachez ces horreurs que nous ne saurions voir, il faut d’une part garder la droite réactionnaire dans la poche, et d’autre part continuer à polir l’image. 
Une fois, ça passe. Toutes les semaines, ça fracasse. Les couleuvres sont vite indigestes.
On ne peut pas dire que le Front National de Marine Le Pen soit homophobe, c’est même le contraire. Toutefois, l’amnistie systématique de certains dérapages ou les œillères à ce sujet sont insoutenables. Le jeune homo que je suis l'a très mal vécu.

Outre le talent de Marine Le Pen, j’avais été séduit par le discours, les positions et la hauteur de Florian Philippot. L’opposition à l’ultra-libéralisme, la lutte pour la souveraineté et la démocratie, l’accent social, le peuple, tout cela me plaisait. C’était rafraîchissant, plaisant à l’oreille, et ça correspondait à mes convictions. 
Mais force est de constater que l’union des souverainistes, évoquée précédemment, a échoué. Le Front National est une cocotte minute sur le point d’exploser, où deux sensibilités bien différentes ont de plus en plus de mal à cohabiter, quoi qu’en disent officiellement les cadres. Et à ma grande tristesse, l’une est bien plus bruyante que l’autre. 
Je ne peux plus supporter d’être dans un parti dont certains cadres voient en l’ultra-conservatisme et la promotion des « bonnes mœurs » (les « valeurs », dans le vocable aseptisé) une forme d’avenir. Comme j’avais l’habitude de dire ces derniers temps : « ça me donne la nausée ».

L’autre aspect séduisant du Front National est son apparent rejet du système politique, dont toute personne ayant deux sous de bon sens admettra qu’il est pourri jusqu’à la moelle, qu’il ne sert plus le peuple. Mais, comme un parti classique, le Front a progressivement abandonné les convictions au profit de la quête irréfléchie des résultats électoraux et de l’image. Dire tout et son contraire pour ratisser large. Refuser de se fixer, de choisir entre l’ultra-conservatisme et le progressisme. Omerta sur les sujets sociétaux, qui ont pourtant leur importance : c’est le quotidien des français, c’est l’Humain.
Et tous ces gens prêts à tout pour un poste...
Le Front est devenu un parti du Système.

Je tiens à remercier mon camarade Daniel Auguste, Président du Collectif Marianne, et à saluer le travail que nous avons accompli ensemble. Je me souviens de cette joie lorsque, suite à notre mobilisation, le Président du CCIF, l’ennemi de la République, de la liberté et des femmes, a renoncé à s’exprimer à La Sorbonne. J’espère que le Collectif continuera à grandir, et je souhaite bon courage à mon successeur.
Je n’oublie pas non plus toutes ces rencontres, tous ces gens formidables avec qui j’ai tissé des liens qui, j’en suis sur, survivront.

Souverainiste mais de gauche, on m’a fait comprendre, parfois violemment, que je n’avais pas ma place chez les « patriotes ». J’en prends acte.

                                                      

http://www.huffingtonpost.fr/

Lire la suite

"Déchet pédérastique", "sodomite"... Ce cadre gay du FN raconte l'envers du décor

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

Secrétaire général du Collectif Marianne et proche de la ligne de Florian Philippot, Guillaume Laroze quitte le FN écoeuré.

 30/11/2016 
AFP
Traité de "déchet pédérastique", Guillaume Laroze explique pourquoi il quitte le Front national.

FRONT NATIONAL - C'est une lettre pleine d'amertume qu'a publiée ce mercredi 30 novembre sur les réseaux sociaux Guillaume Laroze, jeune cadre Front national et secrétaire général du Collectif Marianne, mouvement chargé de diffuser les idées frontistes dans les réseaux étudiants. "Le cœur plein de regrets", le jeune homme annonce qu'il claque la porte du FN, qu'il avait rejoint par "patriotisme". S'il tourne aujourd'hui les talons, c'est parce qu'il dit avoir "découvert au fil du temps le goût amer de la désillusion".

 

"Souverainiste mais de gauche", Guillaume Laroze assume avoir adhéré, "séduit par le discours, les positions et la hauteur de Florian Philippot". Mais l'impossible cohabitation du courant incarné par l'ancien énarque chevènementiste avec la ligne traditionnelle du FN a fait du parti "une cocotte minute sur le point d'exploser", estime-t-il.

 

Guillaume Laroze confirme dans sa lettre les dissensions qui minent la formation d'extrême droite, partagée entre une ligne sociale et souverainiste incarnée par Florian Philippot, et le FN "canal historique" ultra-conservateur et libéral incarné par Marion Maréchal Le Pen depuis l'éviction de son grand-père.

 

"J'ai assumé ma sensibilité, progressiste et sociale. Mais s'il est aisé d'être conservateur et militant de la 'Manif pour tous' au Front National, il l'est beaucoup moins d'être favorable au 'Mariage pour tous' et d'adopter un ton mesuré sur certaines questions", écrit-il avant d'énumérer les insultes dont il a fait l'objet.

 
On m'a traité de 'gauchiste islamisé infiltré' (sic), de 'parasite LGBT', de 'déchet pédérastique' (ou sa charmante variante 'sodomite'), j'en passe"

Plus loin, Guillaume Laroze esquisse les limites de la stratégie de dédiabolisation adoptée par le Front national. "Traduction : cachez ces horreurs que nous ne saurions voir, il faut d'une part garder la droite réactionnaire dans la poche, et d'autre part continuer à polir l'image. Une fois, ça passe. Toutes les semaines, ça fracasse", écrit-il, prenant soin de préciser que le FN voulu par Marine Le Pen n'est pas un parti homophobe.

"Le Front est devenu un parti du Système"

Mais s'il a choisi de partir, c'est parce qu'il ne peut plus supporter "l'amnistie systématique de certains dérapages ou les œillères à ce sujet".

Le jeune homme en veut pour preuve la mutation entreprise par le Front national, qui renie selon lui le discours anti-système qu'il revendique. "Dire tout et son contraire pour ratisser large. Refuser de se fixer, de choisir entre l'ultra-conservatisme et le progressisme. Omerta sur les sujets sociétaux (...) Et tous ces gens prêts à tout pour un poste... Le Front est devenu un parti du Système", assène-t-il.

Et Guillaume Laroze de conclure: "On m'a fait comprendre, parfois violemment, que je n'avais pas ma place chez les 'patriotes'. J'en prends acte".                                                                                                                        

 
 
6 h

C’est le cœur plein de regrets que j’ai décidé de quitter le Front National, et de démissionner de mon poste de Secrétaire Général du Collectif Marianne.

Il y a plus d’un an, je rejoignais Marine Le Pen, séduit par l’idée d’un grand rassemblement des souverainistes, de gauche comme de droite, unis autour d’une colonne vertébrale idéologique solide : le patriotisme. J’y croyais. J’ai vibré. Je me suis investi. J’ai milité. J’ai tracté. J’ai travaillé. J’ai donné. J’ai sacrifié. J’ai dégusté. 
Et j’ai découvert au fil du temps le goût amer de la désillusion.

J’ai assumé ma sensibilité, progressiste et sociale. Mais s’il est aisé d’être conservateur et militant de la « Manif pour tous » au Front National, il l’est beaucoup moins d’être favorable au Mariage pour tous et d’adopter un ton mesuré sur certaines questions. 
On m’a traité de « gauchiste islamisé infiltré » (sic), de « parasite LGBT », de « déchet pédérastique » (ou sa charmante variante « sodomite »), j’en passe. Qu’il y ait des idiots dans la sphère du Front National, c’est le cas partout. Ce qui est beaucoup plus difficile à digérer, ce sont les bons conseils de ceux qui sont censés être de son côté au sein de la si divisée « famille politique ». Et ce fameux « fais le dos rond, ne fais pas de vague, ignore-les, il ne faut pas fragiliser l’unité ». Traduction : cachez ces horreurs que nous ne saurions voir, il faut d’une part garder la droite réactionnaire dans la poche, et d’autre part continuer à polir l’image. 
Une fois, ça passe. Toutes les semaines, ça fracasse. Les couleuvres sont vite indigestes.
On ne peut pas dire que le Front National de Marine Le Pen soit homophobe, c’est même le contraire. Toutefois, l’amnistie systématique de certains dérapages ou les œillères à ce sujet sont insoutenables. Le jeune homo que je suis l'a très mal vécu.

Outre le talent de Marine Le Pen, j’avais été séduit par le discours, les positions et la hauteur de Florian Philippot. L’opposition à l’ultra-libéralisme, la lutte pour la souveraineté et la démocratie, l’accent social, le peuple, tout cela me plaisait. C’était rafraîchissant, plaisant à l’oreille, et ça correspondait à mes convictions. 
Mais force est de constater que l’union des souverainistes, évoquée précédemment, a échoué. Le Front National est une cocotte minute sur le point d’exploser, où deux sensibilités bien différentes ont de plus en plus de mal à cohabiter, quoi qu’en disent officiellement les cadres. Et à ma grande tristesse, l’une est bien plus bruyante que l’autre. 
Je ne peux plus supporter d’être dans un parti dont certains cadres voient en l’ultra-conservatisme et la promotion des « bonnes mœurs » (les « valeurs », dans le vocable aseptisé) une forme d’avenir. Comme j’avais l’habitude de dire ces derniers temps : « ça me donne la nausée ».

L’autre aspect séduisant du Front National est son apparent rejet du système politique, dont toute personne ayant deux sous de bon sens admettra qu’il est pourri jusqu’à la moelle, qu’il ne sert plus le peuple. Mais, comme un parti classique, le Front a progressivement abandonné les convictions au profit de la quête irréfléchie des résultats électoraux et de l’image. Dire tout et son contraire pour ratisser large. Refuser de se fixer, de choisir entre l’ultra-conservatisme et le progressisme. Omerta sur les sujets sociétaux, qui ont pourtant leur importance : c’est le quotidien des français, c’est l’Humain.
Et tous ces gens prêts à tout pour un poste...
Le Front est devenu un parti du Système.

Je tiens à remercier mon camarade Daniel Auguste, Président du Collectif Marianne, et à saluer le travail que nous avons accompli ensemble. Je me souviens de cette joie lorsque, suite à notre mobilisation, le Président du CCIF, l’ennemi de la République, de la liberté et des femmes, a renoncé à s’exprimer à La Sorbonne. J’espère que le Collectif continuera à grandir, et je souhaite bon courage à mon successeur.
Je n’oublie pas non plus toutes ces rencontres, tous ces gens formidables avec qui j’ai tissé des liens qui, j’en suis sur, survivront.

Souverainiste mais de gauche, on m’a fait comprendre, parfois violemment, que je n’avais pas ma place chez les « patriotes ». J’en prends acte.

                                                      

http://www.huffingtonpost.fr/

Lire la suite

François Fillon : ENFIN un qui dit la vérité !

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

Lire la suite

La vérité sur les civils qui fuient Alep-Est par Pierre Le Corf, humanitaire en Syrie [+MàJ VIDEO]

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

Trois enfants d'Alep-Est  libérés de l'enfer djihadiste par l'armée syrienne et la Russie

Trois enfants d'Alep-Est libérés de l'enfer djihadiste par l'armée syrienne et la Russie

Chers médias, gouvernements, partisans, etc. 

Une grosse partie de l'Est d'Alep a été libérée, des milliers de civils ont réussi à venir se réfugier à L'Ouest. Croyez-moi, les gens ont beaucoup à dire sur leur vie aux côtés de vos "rebelles modérés". 

C'est maintenant ou jamais de miser sur la vie et d'arrêter de l'instrumentaliser, parce que le jour ou la paix arrivera, et elle arrivera malgré vos efforts et votre argent, ce jour-là vous porterez la marque indélébile de ceux qui ont perpétré et permis à la mort de proliférer en faisant durer le conflit, en soutenant et permettant à des terroristes de se réarmer, en maintenant les combats toujours plus longtemps, plus violents, en maintenant des civils en otage et les utilisant comme outils de communication, en faisant pression sur l'opinion par l'ignorance populaire et en créant un cercle vicieux de situations de causes à effets.

Vous avez participé à détruire un pays, des générations entières et de renvoyer des milliers d'années de vestiges et d'histoires à la poussière.

En allumant et/ou en jetant de l'huile sur le feu par profit ou par ignorance prolongée vous avez condamné tant de vies, certaines dont tant de gens et moi-même avons encore le sang incrusté dans les vêtements. 

Les civils continuent de s'enfuir et ont beaucoup d'histoires à raconter, comme celles de ceux et celles qui se sont enfuis ces dernières années et que je vous ai partagé au fil des mois. On parle ici de Djihadisme, d'enfermement, de torture, de vol, d'esclavage, de racket, de meurtres par décapitation et j'en passe ... vous me direz que tous les livres d'histoires et de géographie ont été écrits avec le sang, mais les témoins que nous sommes ne vous laisserons pas écrire l'histoire à votre façon.

Pour vous montrer ce qui se passe et faire changer les choses, nombreux sont ceux qui ont risqué leur vie, nombreux sont ceux qui sont morts, et si je, si on reste en vie, croyez moi que cette marque nous viendrons vous la tatouer nous-même. 

Bien que les roquettes continuent de tomber ici, la fin est proche je l'espère. C'est maintenant ou jamais.

Pierre Le Corf
We are superheroes
 

MàJ VIDEO : L'armée syrienne aide les civils à fuir dans la nuit pour éviter les tirs des "snipers modérés" fâchés de perdre leurs boucliers humains :

Syrian Army help families sneak out of East Aleppo at night because US-backed "rebels" won't let them leave to use them as human shields

 

https://gaideclin.blogspot.fr

Lire la suite

Jimmy Carter to Barack Obama: Recognize The State Of Palestine. Jimmy Carter à Barack Obama: Reconnaître l'Etat de Palestine

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

BY JACK MOORE ON 11/29/16 AT 1:28 PM

 

The former U.S. president has urged the outgoing leader to make a bold and unprecedented move.

 

Former U.S. president Jimmy Carter, who brokered peace between Egypt and Israel at Camp David, has called on Barack Obama to recognize the State of Palestine (as the United Nations refers to the non-member observer state) before he leaves office in January.

Jimmy Carter to Barack Obama: Recognize The State Of Palestine

Of the U.N.’s 193 members, 136—more than 70 percent—recognize the State of Palestine and the Palestinian push for an independent state. But the U.S., Israel and dozens of other nations do not, with many arguing that the recognition of a Palestinian entity can only come about through direct talks and agreement between the Israelis and the Palestinians.

 

The current U.S. government supports a two-state solution but Israeli ministers have suggested that the election of Donald Trump as the next president has dealt a huge blow to hopes of a Palestinian state. On the campaign trail, Trump pledged to move the U.S. Embassy to Jerusalem and called for continued Israeli settlement building in the West Bank and East Jerusalem.

 

Carter has now stepped into the debate with an op-ed for the New York Times on Monday.

 

“It has been President Obama’s aim to support a negotiated end to the conflict based on two states, living side by side in peace. That prospect is now in grave doubt,” he wrote. “I am convinced that the United States can still shape the future of the Israeli-Palestinian conflict before a change in presidents, but time is very short.

 

“The simple but vital step this administration must take before its term expires on Jan. 20 is to grant American diplomatic recognition to the state of Palestine, as 137 countries have already done, and help it achieve full United Nations membership.”

 

Carter added that U.S. recognition of Palestinian hopes for a sovereign state, combined with a U.N. Security Council resolution “grounded in international law,” and U.N. membership for the Palestinians would assist future diplomatic efforts to seal a lasting peace agreement.

 

MORE ON THIS: THE NEW WAVE OF VIOLENCE BETWEEN ISRAELIS AND PALESTINIANS

 

The former president, who published a book on the conflict entitled Palestine: Peace Not Apartheid in 2006, warned that the prospect of peace is slowly slipping away from the Israelis and the Palestinians.

 

He said that Israeli moves in the West Bank, past the armistice lines marked before its capture of the West Bank and East Jerusalem in the 1967 Six-Day War, are bringing both sides ever closer to a “one-state reality” where Israel would preside over more than four million Palestinians living in the two territories, as well as the Gaza Strip.

 

“Israel is building more and more settlements, displacing Palestinians and entrenching its occupation of Palestinian lands,” Carter writes in the New York Times. “Over 4.5 million Palestinians live in these occupied territories, but are not citizens of Israel. Most live largely under Israeli military rule, and do not vote in Israel’s national elections.”

 

He continued: “Meanwhile, about 600,000 Israeli settlers in Palestine enjoy the benefits of Israeli citizenship and laws. This process is hastening a one-state reality that could destroy Israeli democracy and will result in intensifying international condemnation of Israel.”

 

The last U.S.-brokered peace talks collapsed in April 2014 and Israel has rejected international initiatives proposed since, the most recent being the French plan to host an international peace conference in Paris. Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu says that he is open to talking with Palestinian president Mahmoud Abbas but only bilaterally and without pre-conditions, such as the removal of settlers from the West Bank or the end of Israel’s military occupation of the WSPREAD THE WORD: 'ENOUGH IS ENOUGHest Bank.

SPREAD THE WORD: 'ENOUGH IS ENOUGH'

Lire la suite

Tempête infernale – Version censurée raccourcie (Autorisé seulement à partir de 18 ans !)

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

Pendant la Seconde Guerre mondiale l’Allemagne a été soumise à une attaque sans pitié depuis les airs. Les Américains et les Britanniques appelaient cela un « bombardement de zone » ou un « bombardement sans restriction ». Les femmes et enfants allemands qui ont vécu ce cauchemar avaient pourtant un terme plus simple, plus exact pour cela : un bombardement de la terreur. Cet acte de terreur n’était pas une erreur, c’était le plan secret du premier ministre britannique Winston Churchill et du Maréchal en Chef de l’Air Arthur Harris pour déchaîner la force de destruction maximale de la Royal Air Force contre les civils allemands, pour provoquer le plus de destruction possible, détruire le plus d’habitations possible et pour tuer le plus d’hommes, de femmes et d’enfants possible.

https://www.kla.tv/9365

Lire la suite

Les « rebelles » soutenus par les États-Unis proches de la déroute à Alep

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

alep 27-novembre-2016

Un tank dans les rues d’Alep-Est, le 27 novembre 2016. Photo AFP

Dans ce qui est décrit comme la pire défaite des forces soutenues par les États-Unis depuis le début de la guerre pour un changement de régime en Syrie, il y a près de six ans, les troupes gouvernementales soutenues par les forces issues du mouvement Hezbollah libanais et des milices chiites irakiennes, ont repris plus de 40 pour cent de l’est d’Alep, le dernier bastion urbain des « rebelles ».

Selon des informations venant de l’Iran qui, avec la Russie, est le principal soutien du gouvernement syrien du président Bachar al-Assad, des unités de l’armée syrienne ont conquis 20 kilomètres carrés sur un total de 45 kilomètres carrés que couvre l’est d’Alep.

L’avance du gouvernement a été extrêmement rapide et suggère une débâcle des milices appuyées par les États-Unis. L’offensive terrestre fait suite à deux semaines d’intenses frappes aériennes syriennes lancées après une suspension d’un mois des bombardements menés par des avions de chasse syriens et russes.

La presse du gouvernement syrien a rapporté que l’armée avait capturé le quartier de Sakhour et était en train de le déminer. Le contrôle par le gouvernement de cette partie de la ville couperait effectivement en deux cette zone détenue par les « rebelles ».

L’avance du gouvernement a poussé des dizaines de milliers de civils à fuir les régions contrôlées par les milices islamistes pour chercher refuge dans les deux zones contrôlées par le gouvernement, Alep-Ouest et le quartier de cheikh Maqsoud qui est détenu par la milice kurde des YPG (les Unités de protection du peuple).

L’YPG en rejoignant l’offensive menée contre Alep-Est a compliqué encore plus l’intervention américaine en Syrie. Alors que Washington soutient les milices islamistes qui combattent le gouvernement Assad, ils ont aussi cherché à se servir des YPG kurdes comme principale force intermédiaire de la campagne militaire américaine à l’encontre de l’État islamique (aussi connu comme ISIS) en Syrie.

La Turquie, l’allié de Washington au sein de l’OTAN dans la région, a aussi envoyé des troupes en Syrie sous le prétexte de combattre l’ÉI, mais visait principalement à empêcher les forces kurdes syriennes de consolider leur emprise sur le territoire à proximité de la frontière turque. En conséquence, Washington soutient sur plusieurs fronts des forces qui se combattent mutuellement.

Les civils qui fuient Alep-Est ont raconté des récits d’horreurs concernant la campagne russo-syrienne de bombardement ainsi que sur la répression et la terreur pratiquée par les islamistes qui contrôlent les quartiers voisins à l’est. De nombreux rapports font état de ce que les milices appuyées par les États-Unis avaient auparavant abattu les civils qui tentaient de fuir.

Avant le début de la guerre en 2011, Alep était la deuxième ville syrienne et sa capitale commerciale.

Alep-Ouest, où vivent environ 1,5 million de personnes – contre moins de 200 000 dans la partie de la ville détenue par les « rebelles » – se trouve sous le contrôle du gouvernement syrien. Elle est devenue la cible de tirs aveugles au mortier de la part des rebelles soutenus par les États-Unis et visant la population civile.

Les médias russes tout comme le Washington Post ont relaté lundi que le ministre américain des affaires étrangères, John Kerry, avait lancé une nouvelle campagne visant la négociation d’un cessez-le-feu à Alep. Bien qu’enveloppé dans une phraséologie humanitaire, le principal objectif de ces efforts est d’empêcher l’effondrement total des milices que soutiennent les États-Unis et la consolidation de l’emprise du gouvernement Assad sur toutes les principales agglomérations de la Syrie.

Les médias et les responsables du gouvernement Obama ont violemment dénoncé le siège d’Alep-Est par le gouvernement syrien et son allié russe. Actuellement la situation est cependant le contraire de ce qu’elle était il y a un an lorsque ces rebelles assiégeaient Alep-Ouest qui était confrontée à une catastrophe humanitaire imminente. À l’époque, Washington n’avait exprimé aucune inquiétude quant à la situation humanitaire.

Le porte-parole du ministère américain des affaires étrangères, John Kirby, a démenti lundi que Kerry entreprenait un « dernier effort frénétique ou effréné » pour sauver l’opération de changement de régime soutenu par les États-Unis avant la chute d’Alep et l’intronisation de Donald Trump qui avait exprimé son désaccord avec l’actuelle politique américaine.

Kirby a reconnu que la pierre d’achoppement permanente des efforts pour parvenir à un nouvel accord avec Moscou était l’incapacité de Washington à respecter sa promesse de séparer les prétendus « rebelles modérés » des combattants du Front al-Nosra, l’affilié syrien d’Al-Qaïda.

« Ceci est une question difficile », a dit le porte-parole du ministère. « Nous en parlons depuis des mois, de cette marbrure, si vous voulez, des – de ce faux marbre des groupes d’opposition avec al-Nosra ».

La « difficulté » est que la seule force d’opposition armée significative dans cette opération de changement de régime orchestrée par Washington et ses alliés est constituée par al-Nosra et l’ÉI, tous deux des branches d’Al-Qaïda qui depuis les quinze ans que dure « la guerre contre le terrorisme » est décrite comme la principale menace sur la sécurité de la population américaine et du monde.

Par Bill Van Auken | 20 novembre 2016

Source: http://www.wsws.org/fr/articles/2016/nov2016/alep-n30.shtml

http://arretsurinfo.ch/

Lire la suite

Le jeu du scorpion

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

scorpion_338

C'est un nouveau jeu. Il n'y aura ni perdants, ni gagnants mais des pertinents et des impertinents.

On vous demande de jouer au scorpion, pour piquer au vif notre conscience en vous infiltrant dans l'inconscient des célébrités dont la queue porte un aiguillon venimeux :

Scorpion, fermez vos yeux et ouvrez nos yeux sur l'état des lieux !

 

Première question :

Dans l'inconscient de Fillon, quel élément est susceptible de creuser un sillon ?

 

Réponse à la question : il essaye de résoudre un vieux conflit, celui de son homophobie en se disant qu'il s'agit d'une ruse, la ruse de la nature pour que certains ou certaines ne se reproduisent pas d'où son refus obstiné de la P.M.A.

Jugement du scorpion : réponse... pertinente... à la suivante.

 

Deuxième question :

Dans l'inconscient de Philippot, quel élément est susceptible de creuser un sillon?

 

Réponse à la question : il essaye de résoudre un vieux conflit en créant un nouveau.

Pour lui, si l'antisémitisme est une haine que tout justifie et rien n'autorise, l'anti-islamisme est une haine que rien ne justifie mais que tout autorise.

Jugement du scorpion : réponse pertinente... à la suivante.

 

Troisième question :

Dans l'inconscient de Macron, quel élément est susceptible de creuser un sillon ?

 

Réponse à la question: il essaye de résoudre le conflit entre le jeune et la vieille France, quitte à mourir d'aimer autant que ce soit pour la finance sans laquelle point d'influence ni de chance.

Jugement du scorpion : réponse pertinente... à la suivante.

 

Quatrième question :

Dans l'inconscient de Valls, quel élément est susceptible de creuser un sillon ?

 

Réponse à la question : il essaye de résoudre notre conflit des devoirs en se disant  que pour s'adresser à des couillons, mieux vaut se faire passer pour le plus grand d'entre eux,  seul capable de les débarrasser de leurs deux couilles molles : François et François!

Jugement du scorpion : réponse... impertinente... ADIEU !

Le jeu du scorpion . Même les gagnants s'y perdent !

Lire la suite

L'ex-leader de Femen Québec arrêtée à New York pour prostitution

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

L'activiste Kseniya Chernyshova dément formellement s'être livrée à... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

L'activiste Kseniya Chernyshova dément formellement s'être livrée à des activités de prostitution.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

                                                                                                            
TRISTAN PÉLOQUIN

L'ex-leader de Femen Québec, Kseniya Chernyshova, qui s'était fait connaître en se dénudant la poitrine à l'Assemblée nationale en 2013, a été arrêtée à New York il y a deux semaines. Elle fait face à un chef d'accusation de prostitution.

Son arrestation est survenue le 11 novembre, trois jours après l'arrestation à New York de la Femen montréalaise Neda Topaloski, qui s'est présentée les seins nus au bureau de vote de Donald Trump, dans Manhattan, le jour de l'élection présidentielle. Les deux événements ne semblent cependant pas liés.

Le Bureau du commissaire adjoint à l'information du NYPD a indiqué hier à La Presse que Mme Chernyshova a été arrêtée dans la soirée du 11 novembre pour «avoir accepté de participer à un échange sexuel contre la somme de 300 $». La police new-yorkaise n'a pas donné plus de détails sur les circonstances de l'arrestation.

Jointe par Facebook, la Montréalaise de 30 ans dément formellement s'être livrée à des activités de prostitution. Mme Chernyshova affirme avoir été incarcérée pendant 24 heures avant d'être libérée. Les policiers new-yorkais l'ont laissée avec seulement un dollar en poche à sa sortie du poste.

 

Un docu-fiction sur la prostitution

Comédienne de formation, Mme Chernyshova complète présentement un certificat en études en «féminisme et sexualité» à l'Université Columbia de New York. Elle travaille également sous le nom d'artiste Xenia Sin à la réalisation d'un docu-fiction traitant de l'univers de la prostitution. Les tournages ont été effectués à New York au mois d'octobre, avec des clients et des prostitués réels ainsi qu'avec des comédiens. «On a dansé avec le diable, comme on dit», a résumé Mme Chernyshova dans une conversation par textos hier soir.

 

Le synopsis présenté sur le site de sociofinancement Indiegogo affirme que le film, intitulé Reine et Ruine, «a été tourné dans des circonstances très risquées à Montréal et New York». «La réalisatrice Xenia Sin, créatrice de Femen en Amérique du Nord, a fait un travail délicat d'infiltration dans l'industrie du sexe, les services d'escortes haut de gamme, la prostitution de classe moyenne et dans les gangs au Canada et aux États-Unis», lit-on.

«C'est un docu-fiction sans sexe réel», assure Kseniya Chernyshova, qui y a elle-même campé le rôle d'une «artiste érotique» qui «tente de changer l'industrie du sexe» en «couchant avec ses ennemis politiques pour toucher leur coeur».

Le film a pour but de «dénoncer la dynamique prostitutionnelle au complet», a indiqué Mme Chernyshova. Sans le dire directement, l'activiste montréalaise laisse entendre que la réalisation de ce docu-fiction pourrait être le déclencheur de son arrestation.

«J'ai tout simplement trouvé une brèche pour agir dans le style sextrémiste pour démasquer ce que l'on [...] cache aux citoyens», affirme-t-elle. 

II d'agit de «dire la vérité sur l'industrie du sexe sans accuser personne sauf les vrais criminels qui ne sont ni les travailleuses du sexe, ni les clients, ni même ceux qu'on définit comme pimps», a-t-elle écrit.

Son avocate new-yorkaise, Danielle Von Lehman, n'a pas répondu à notre demande d'entrevue hier.

Un tournage «difficile»

Mélanie Carpentier, fondatrice de la Maison de Mélanie, un organisme montréalais venant en aide aux femmes victimes de traite de personne, dit qu'elle était au courant des démarches artistiques de Mme Chernyshova. «Ça fait un bout de temps qu'elle m'a dit que ça brassait, que le tournage, par sa nature, était difficile. Quand on dénonce une problématique comme celle de la prostitution, c'est pas juste les pimps qui réagissent. Les clients aussi peuvent réagir. C'est sûr qu'il y a des retombées.»

En octobre 2013, Kseniya Chernyshova avait défrayé la chronique lorsqu'elle s'était dénudé la poitrine dans l'estrade des visiteurs de l'Assemblée nationale, avec deux autres complices. Les trois femmes avaient scandé «Cruxifix décâlisse» pour dénoncer la présence de symboles religieux dans l'arène politique. Peu après, Mme Chernyshova s'est dissociée du mouvement Femen, au point d'être présentement en froid avec une de ses principales activistes, Neda Topaloski.

«Depuis deux ans, elle n'apparaît dans aucune de nos actions. Le fait qu'elle utilise le nom de Femen pour ses projets personnels est simplement faux et irrespectueux», a réagi Mme Topaloski lorsque La Presse lui a demandé de commenter l'arrestation de Mme Chernyshova.

Premier procès des Femen aujourd'hui à Montréal

C'est aujourd'hui que débute à la Cour municipale de Montréal le premier procès de Femen au Canada. L'activiste Neda Topaleski fait face à des accusations de méfait et d'avoir troublé l'ordre public, pour deux interventions qu'elle a faites rue Cresent lors des Grand Prix de 2014 et de 2015. 

Seins nus, elle était montée sur un kiosque en 2014 pour dénoncer l'industrie du sexe et le tourisme sexuel lié à la Formule 1, et avait récidivé en 2015 en criant sur un bolide de course, toujours les seins nus, «Montréal n'est pas un bordel!». Des accusations d'exhibitionnisme et d'action indécente qui pesaient contre elle ont été retirées récemment. Le procès devrait durer deux jours.

http://www.lapresse.ca/

Lire la suite

Pierre Le Corf : Témoignage sans concessions d’un humanitaire français à Alep [Vidéo médiatiquement incorrecte]

30 Novembre 2016 , Rédigé par S. Sellami

Pierre Le Corf, fondateur d'une ONG, témoigne de la réalité de la vie quotidienne des civils d'Alep Ouest où il réside, sous les bombes des terroristes, que les médias occidentaux nomment faussement selon lui, des "rebelles".

Pierre Le Corf :

"Je vous ouvre une petite fenêtre sur Alep en ce dimanche. Je n’arrive toujours pas à trouver les mots justes, c’est difficile comme exercice avec la situation, tant d’émotions de souvenirs, mais c’est sincère, ... pendant ce temps des tirs de mortiers et de roquettes qui tombent ici à L’ouest se mélangent aux combats à l’Est et dans le ciel, les terroristes qui nous tirent dessus en ce moment (juste la une des roquettes a tué 7 enfants sur une école) essayant en même temps de détruire les avions qui bombardent leurs positons armés et protègent - du moins limitent les attaques sur les 1,2 millions de civils ici (quand les avions s'en vont, même pour peu de temps, les roquettes et mortiers pleuvent ici). Ne me prenez pas à défaut, je ne suis pas là pour faire de la politique ou lancer des débats, je parle de ce que je vois depuis tant de mois, de ce que j’entends de ceux qui se sont échappés même récemment des zones contrôlées par les fronts Islamiques (et non rebelles comme on les appelle en Occident), des familles entières ayant la chance d’être en vie entre les snipers et les mines anti-personnel (étant donné que le prix de sortie à payer est de 300$ et que personne ne peut se l'offrir ils doivent partir dans des conditions très limitées, comme Mahmoud par exemple) Ici les drapeaux noirs sont légion, comme je le disais ici seuls des drapeaux noirs tout autour de la ville. Pas de question d’opinion ou de parti, pas de tout blanc ou tout noir, cette guerre est meurtrière ici et de l’autre côté mais comprenez que les gens meurent de tirs de l'Est vers l'Ouest et de l'Ouest vers l'Est de par la seule présence de fronts Islamiques armés et offensifs au milieu des civils utilisés directement ou indirectement comme otages. Ils sont là, ils tuent et les gens meurent autour d'eux. C'est si simple mais si difficile à faire comprendre ... 
Ma mission c'est l'humain, je prie pour chaque homme femme et enfant qui ne porte pas une arme mais je tiens à souligner qu’elle n'est pas meurtrière à cause d'une guerre, puisque cette guerre est une mascarade, mais à cause d’idéologies ici et d’intérêts extérieurs qui insufflent la mort et des moyens de l'insuffler au quotidien en Syrie, détruisant son histoire, sa vie et l'espoir de tous ceux qui y vivent. Pardon de parler tant, ce n'est pas forcément clair ... mais vous devez comprendre ce qui se passe au-delà de ce que racontent les médias qui sont parfois malveillants parfois paresseux, vous devez comprendre que vous en êtes les relais ... je suis juste fatigué de voir tant de gens mourir gratuitement au service de quelques individus ou n'être qu'un sujet de surface (incompris ou déformé) pour animer les discussions des diners entre deux verres de vin et avoir l'air intelligent." 
We are superheroes si vous voulez aider les actions comme les premiers soins et le matériel médical 

En savoir plus sur Pierre Le Corf :
 

[MàJ 2]
Reportage de pure propagande de "France 2" avec Pierre Le Corf 

Publié par Bertrand Riviere

https://gaideclin.blogspot.com/

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>